Qui sommes nous?

L’idée initiale de Parlons de Demain était de réunir un collectif d’étudiants de formations diverses rassemblés par un désir d’échanges et de réflexions sur le monde dans lequel ils évolueront dans les décennies à venir. Le concept était un REC (Rencontres, Échange et Création). L’association a donc organisé les Rencontres du Bouchardais avec cet objectif. Pour ce faire l’association a souhaité le soutien de différentes institutions Parc naturel régional Loire-Anjour-Touraine , l’ALE37, l’Office de Tourisme du Bouchardais, le Conseil Général d’Indre et Loire, la Communauté de Communes du Bouchardais et de la commune de L’Ile Bouchard. L’association par ces Rencontres voulait proposer un parcours de réflexion et d’action mettant en résonance, des acteurs locaux institutions et entreprises, un groupe médiateur et le public local. Guidé par un groupe d’étudiants et jeunes travailleurs le public est amené à découvrir les grandes questions de demain, au plan local. Les conséquences du réchauffement climatique sur la vigne, l’impact environnemental d’une centrale solaire ou encore les problèmes de la qualité des eaux autour d’une réflexion sur la Vienne et le bassin de la Manse devaient permettre l’ouverture attendue. L’agriculture, l’énergie et l’eau sont des fondamentaux de la vie humaine et possèdent une empreinte importante sur le paysage local. Le projet avait pour ambition d’apporter un regard collectif, de partager des savoirs et d’imaginer des solutions. L’événement se déroulait sur deux journées, les activités alternaient des phases grand public et des phases à public plus restreint, toutes les activités étaient gratuites à l’exception de l’hébergement et de la nourriture. Le collectif d’étudiants était chargé de la production des travaux de mémoire (photos, actes ou films).

Le groupe de jeunes étudiants

Le groupe initial d’une douzaine de jeunes la première année s’est réduit à 4 ou 5 personnes. Le plus grand nombre ont changé de lieu de vie et ont eu moins de disponibilité (emploi, stage…) étudiants changent. Le renouvellement ne s’est pas fait. Une tentative d’ouverture a été faite en 2015 vers des jeunes ayant réalisé un film sur la jeunesse et sa perception de l’avenir. Le film a eu du succès auprès du public mais n’a pas susciter de nouvelle vocation. La conclusion est que la mobilisation des jeunes est par essence instable. La production a été limitée tous les étudiants n’ont accroché sur l’idée de produire.

Les Institutions et les entreprises

Le soutien des institution a été permanent sur le plan de l’aide financière avec des hauts et des bas mais les élus notamment ne se sont pas sentis réellement impliqués. Le changement politique au Conseil, aujourd’hui départemental, a décru en conséquence. Lorsqu’il n’y a plus d’élu écologiste cela change la donne. On peut dire la même chose pour les institutions non électives où c’est le changement et l’engagement des personnels qui joue. Les entreprises ont montré un engagement plus constant car elles s’engagent en rapport avec leur activité économique et donc sont plus stables dans leurs convictions.

Le public

Le public a été essentiellement constitué, d’une part par les convaincus locaux qui trouvaient là un ressourcement et un encouragement dans le activités personnelles en faveur du climat et de la solidarité, d’autre part par les touristes pour qui c’était l’occasion de s’interroger et de participer sur le thèmes proposés dans un moment de détente par rapport à leur organisation habituelle. S’impliquer dans une action utile au regard des nécessités climatiques est une offre bien accueillie.

Conclusion

Les Rencontres ont permis à l’association d’engranger expérience et savoirs au profit de ses adhérents et de consolider des actions en d’autres lieux et chez certains partenaires. Le travail fourni et le budget engagé ont été équilibrés par la réussite de l’évènement du point de vue humain, environ 200 participants enchantés par session. L’association a décidé de poursuivre son chemin en utilisant principalement le réseau Internet. Depuis 2017 elle participe à des projets locaux dont elle tire tous les enseignements.

Pour plus d’informations contacter l’association