Une goutte d’eau

Changement climatique, transition énergétique, transition numérique, ubérisation, économie circulaire, 6ème extinction massive, crise de la démocratie, crise des migrants : force est de constater que notre société est, depuis quelques années, en proie à de profonds bouleversements. Des phénomènes d’une ampleur générale sont venus bousculer une grande partie de nos institutions et ont altéré nombre de nos rapports au monde (rapports à la nature, au travail, à la santé, à l’alimentation, aux gouvernants, aux médias, à autrui, etc.). Si bien que l’on peut parler d’une crise des valeurs. Devant ces chamboulements, il est normal d’être déboussoler. On assiste ainsi à des phénomènes de rejet du changement, de repli identitaire, de fermeture, de repli dans le passé.

Devant ces changements et ces réactions aux changement, les mouvements d’opinion sont devenus plus instables et imprévisibles si bien que l’on peut, à juste titre parler de société liquide. Or, propriété intéressante d’un liquide, le moindre mouvement de la moindre goutte peut y entraîner un mouvement d’ensemble. La moindre décision que nous prenons peut avoir des conséquences sur la société dans son ensemble. Mais, en fait de décisions, quel pouvoir avons-nous ?

En tout premier lieu, on peut choisir les valeurs que l’on porte et qui définissent le type de personne que l’on est. On peut ensuite choisir le rôle sous lequel on agit (citoyen, habitant, consommateur, salarié, membre cotisant d’association, ami, parent, etc.). On peut également choisir le degré d’intensité de notre action depuis le simple fait de s’intéresser à un sujet jusqu’à agir physiquement au sein d’un projet en passant par le choix de sources d’informations, l’adhésion à une cause, l’expression de son opinion ou encore la délibération.

Nos choix seront d’ailleurs d’autant plus effectifs qu’ils s’inscriront dans un collectif : association, entreprise, collectivités, sans oublier les proches. Il a rarement été plus nécessaire de se réunir pour tenter de comprendre sereinement les phénomènes qui nous environnent et essayer d’y apporter les solutions les plus adéquates. Parlons de demain de façon sérieuse, apaisée, constructive et optimiste, sans ignorer le caractère urgent, menaçant et grave des enjeux, et tachons d’être des acteurs plutôt que des spectateurs des changement de nos sociétés.

 

C’est avec des gouttes d’eau que l’on forme des rivières.